Yaourts périmés : pourquoi il ne faut pas les jeter

Lutter contre le gaspillage : Quelques remarques sur le yaourt

Radins.com - Par Marine Lepante le 30/05/2017 - mis à jour le 17/7/2018

Selon une enquête menée par le magazine 60 millions de consommateurs, ce n'est pas parce que la date limite de consommation (DLC) de nos yaourts est dépassée qu'il faut les jeter. Explications.

 

Le délai de 30 jours est fixé par les fabricants

Lutter contre le gaspillage alimentaire est indispensable, mais on ne sait pas toujours comment s'y prendre. Aujourd'hui, le magazine 60 millions de consommateurs, dans son numéro de juin, attire notre attention sur les yaourts que nous avons tendance à jeter trop rapidement. Selon cette enquête, ils peuvent être mangés encore 3 semaines après la date de péremption. Pour parvenir à cette conclusion, des experts ont mené des tests sur une soixantaine de yaourts. Il y avait des yaourts nature fermes, des yaourts nature brassés, des yaourts aux fruits en morceaux, aux fruits mixés, des yaourts aromatisés et des yaourts au lait fermenté. « Aucun texte réglementaire n'impose un délai précis entre la fabrication et la DLC », rappelle le magazine. « Pour les yaourts, les fabricants fixent ce délai à 30 jours maximum à partir de la date de fabrication ».

 

Après 3 semaines, le yaourt est toujours bon

Passés ces 30 jours, les yaourts ne doivent pas être jetés, car ils sont encore bons. Les experts ont en effet analysé la flore bactérienne et l'indice de l'acidité de ces différents yaourts une semaine après la date de péremption, mais aussi deux semaines après et trois semaines après. Ils ont ainsi pu constater que l'ensemble des yaourts analysés étaient toujours d'excellente qualité 3 semaines après la date indiquée sur l'opercule. Selon cette étude, « la qualité microbiologique reste très bonne » et « aucune souche pathogène n'a été retrouvée » dans les différents yaourts analysés. Si manger ces yaourts ne présente aucun danger pour le consommateur, les fabricants seraient bien inspirés de changer ces dates de préemption qui restent trop dissuasives pour un grand nombre de parents notamment, qui ne veulent pas que leurs enfants souffrent de troubles digestifs. Pour en savoir plus Date de péremption : DLC ou DLUO, quelle différence ?