Une entreprise bretonne lance le "Brastis"

 

Si vous partagez les valeurs du mouvement Ter Avenue pour « bien manger » et « soutenir les meilleurs producteurs »

engagez-vous et participez gratuitement en vous inscrivant sur le site en cliquant ICI

 

La Bretagne prendra-t-elle aussi l'accent du midi?

BFMTV - LE 21/02/2019 - Article de Paul Louis

Une entreprise bretonne revisite le pastis et lance le "Brastis"

La Maison Jouffe à Dinan (Côtes-d'Armor) vient de lancer son propre pastis. Elle espère écouler 15.000 bouteilles de 0,70 litre la première année dans les réseaux de cavistes indépendants, les restaurants et les hôtels.

On connaissait le Breizh Cola. Voici maintenant le Brastis, un pastis "made in Bretagne". Comme le rapporte Le Télégramme, la Maison Jouffe spécialisée dans la production de spiritueux à Dinan vient de lancer sur le marché sa propre boisson anisée.  

"Embouteillé en Ille-et-Vilaine, le Brastis est un produit artisanal premium de la Maison Jouffe, qui supervise la conception, l’assemblage, l’étiquetage… La première cuvée est sortie en bouteilles fin janvier, une mise à l’essai de 1200 cols, dont le lancement est très satisfaisant", explique au quotidien régional Laurent Jouffe, à la tête l’entreprise familiale.

15.000 bouteilles à écouler la première année

Le Dinannais n’en est pas à son coup d’essai. Après avoir travaillé auprès de distilleries écossaises, Laurent Jouffe a exercé dans la production de cognac.
Plus tard, il lancera son propre calvados "Marcel et Léa Faucheur", puis son rhum dominicain "Orava".

Laurent Jouffe raconte avoir "beaucoup écoulé sur le marché chinois" auprès des cavistes indépendants et restaurateurs. "Plus de 90% de nos productions de cognac et de brandy se vendaient à l’export, avec un chiffre d’affaires annuel oscillant entre 500.000 et 1 million d’euros", ajoute-t-il.

Désireux de revenir sur ses terres, il a lancé trois ans plus tard le Brastis. Il espère écouler 15.000 bouteilles de 0,70 litre la première année dans les réseaux de cavistes indépendants, les restaurants et les hôtels de l’Hexagone. Et pourquoi pas, à terme, faire de sa nouvelle création une marque aussi connue que la célèbre boisson marseillaise.

Paul Louis