Quels sont les effets de la loi EGA pour les producteurs ?

 

Si vous partagez les valeurs du mouvement Ter Avenue pour « bien manger » et « soutenir les meilleurs producteurs »

engagez-vous et participez gratuitement en vous inscrivant sur le site en cliquant ICI

 

Coopération syndicale et parlementaire

Coordination Rurale - Publié le 21.02.2019

Les députés s’interrogent à juste titre : quels sont les effets de la loi EGA  pour les producteurs ?

Grâce aux États généraux de l’alimentation la scandaleuse non-rémunération des agriculteurs a enfin été mise en lumière.
La Coordination Rurale félicite les députés de vouloir ouvrir une commission d’enquête sur les pratiques de la grande distribution afin de mesurer les effets ou non de la loi EGalim.

Le deuxième syndicat agricole français très présent sur ce sujet, se tiendra à disposition des députés pour leur rapporter la réalité du terrain et les pratiques de la grande distribution, ainsi que celles des premiers acheteurs vis-à-vis des agriculteurs et ce dans toutes les productions.
La Coordination Rurale sera très attentive aux résultats de la commission d’enquête et plus particulièrement sur l’analyse du partage de la valeur. Le relèvement du SRP et l’encadrement des promotions feront-ils ruisseler la valeur vers les producteurs ?
Si tel n’était pas le cas, la loi EGalim devrait impérativement être améliorée afin de répondre à son objectif initial : assurer un revenu juste aux agriculteurs.

Actuellement, la Coordination Rurale travaille au sein des interprofessions pour établir des indicateurs de coûts de production qui prennent en compte une juste rémunération des agriculteurs, mais ce travail est fastidieux et à ce jour nous n’avons aucune certitude sur leur réelle prise en compte par les filières.
L’ordonnance qui doit définir les prix abusivement bas n’étant toujours pas parue, rien ne laisse entrevoir une réelle amélioration du revenu des producteurs

Le syndicat rappelle enfin que c’est au niveau Européen que se décident les règles agricoles et que l’Europe (1er importateur agroalimentaire mondial) doit répondre aux besoins alimentaires de sa population en protégeant et en régulant le marché des matières premières agricoles.