Les salaisons du Pilat intéressent les Japonnais

Productions traditionnelles sur 5 générations, et exportation !

FRANCE INFO - Par Isabelle Gonzalez - Publié le 19/06/2018

Pour réaliser cette opération, la PME, qui compte 15 salariés et réalise 3,5 millions d'euros de chiffre d'affaires, à bénéficier du soutien de la CCI de Lyon-Saint-Etienne-Roanne, des garanties de la Coface mais aussi de l'aide du réseau Bonjour France .
Ainsi, cette entrée sur le marché nippon lui permet d'être le huitième salaisonnier français (le seul d'AuvergneRhône-Alpes) à obtenir l'autorisation de mise sur le marché des implacables services d'importation japonais. En effet, l'extrême sévrité de ces derniers est réputée. Ils analysent l'ensemble de la chaîne des fournisseurs.
« Le Japon, s'il n'est guère consommateur de gras, est un très gros mangeur de porc ", observe Gaëtan Duculty, gérant de la société familiale. Si le Japon s'ouvre à la culture du vin et des fromages, il devient friand de porc mais préfère encore importer des produits plutôt que de les produire. 
C'est pour cette raison que huit importateurs se battent afin d'avoir l'exclusivité des saucissons et autres charcuteries. 

Retrouvez ce producteur sur le site en cliquant ICI