Le piment d'Espelette

200 tonnes de poudre de piments devraient pouvoir être produites cette année avec une récolte qui s'annonce abondante et de bonne qualité pour les 180 producteurs AOC

Retrouvez un très bon producteurs Médaillé OR 2017 au Concours Générale Agricole en cliquant ICI

 

"On soulève le piment, ça casse le tubercule et ça y est, c'est cueilli" explique simplement la productrice basque Laurence Lagagnoa, qui passe ses journées le dos courbé, sous les milliers de plants de piments de son exploitation, à Espelette.

Depuis le début du mois, la récolte est lancée, les fruits sont mûrs à point, un peu plus tôt que d'habitude. 

Seulement, la pluie et l'humidité, combinées à la chaleur cette année, ont contribué au développement du xanthomonas, une bactérie qui s'attaque aux feuilles et qui a fortement touché certaines parcelles.

Le syndicat des producteurs a lancé des analyses et va tenter de mettre en place des mesures pour limiter les dégâts. "Il faut aller vers la rotation de la culture sur trois, quatre années et sélectionner les semences" explique le président du syndicat Dominique St Martin. 

En attendant, la récolte 2018 devrait être plus abondante que celle de l'an dernier. 160 tonnes de poudre de piments avaient été produites. 200 Tonnes sont espérées cette saison.

Après le ramassage, les fruits sont triés. Les plus beaux seront vendus encordés, les autres seront placés à plat, sur des étagères, pendant 15 jours minimum, pour maturation.

Puis ils seront broyés afin de fabriquer la fameuse épice.

Regardez le reportage d'André Irosbehere et Sandrine Estrade :