Le bon état des rivières c’est quoi ?

 

Si vous partagez les valeurs du mouvement Ter Avenue pour « bien manger » et « soutenir les meilleurs producteurs »

engagez-vous et participez gratuitement en vous inscrivant sur le site en cliquant ICI

 

EN IMMERSION-EAU FR - Article de 28/12/2018 - Voir le site et la vidéo en cliquant ICI

Une riche biodiversité évolue dans nos cours d’eau et nos rivières. Ce sont aussi les sources de notre eau potable. Préserver la qualité de l’eau est donc un enjeu majeur.
Mais une rivière en bon état, c’est quoi exactement ? Décryptage !

Qualité de l’eau : un équilibre complexe
 
Encadré par la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) de 2000, le bon état de l’eau se définit selon plusieurs caractéristiques :
• la qualité biologique comme la présence ou non de faune et flore aquatiques
• la qualité physico-chimique, c’est-à-dire la température, le taux d’oxygène présent dans l’eau, la salinité, le pH ou encore la concentration en certains nutriments comme l’azote ou le phosphore,
• des taux de pollution (métaux lourds, pesticides…),
• des conditions hydromorphologiques : les débits d’eau, l’existence de connexions aux masses d’eau souterraines, la circulation de certaines espèces dans les cours d’eau, le bon déroulement de sédiments,, la profondeur, la largeur et la structure du cours d’eau….

A la lumière de ces différents éléments, une rivière (ou un tronçon de rivière) sera classé selon son état (bon, mauvais…) . Grâce à cette analyse, on saura exactement ce qui “pêche” dans le cours d’eau. Un moyen de mieux lutter contre la dégradation des masses d’eau.

Une surveillance accrue pour une nette amélioration de la qualité de l’eau

En France, plus de 5 700 stations de surveillance mesurent la qualité de l’eau sur tout le territoire métropolitain. Par an, cela représente près de 350 000 analyses réalisées.

Objectif : avoir de l’eau en quantité et qualité suffisante pour préserver les habitats des milieux aquatiques, la biodiversité mais aussi pour nous permettre d’exercer nos activités.
C’est également un des buts fixés par la DCE : atteindre du bon état des masses d’eau en 2027.

Si la pollution des macropolluants baisse drastiquement depuis plus de 10 ans et que cela participe à tendre vers l’objectif de bon état écologique des rivières, il reste encore beaucoup à faire pour gagner la bataille de la qualité de l’eau partout en France.