Des perturbateurs endocriniens dans tous les produits

Si vous partagez les valeurs du mouvement Ter Avenue pour « bien manger » et « soutenir les meilleurs producteurs »

engagez-vous et participez gratuitement en vous inscrivant sur le site en cliquant ICI

 

Pour l'UFC, il est plus que jamais indispensable de renforcer l’information autour des dangers du soja...

RADINS.COM - Par Gaëlle Latour le 23/05/2019

Des perturbateurs endocriniens dans tous les produits à base de soja

Si vous êtes amateur de soja, cette étude pourrait bien vous inquiéter. L’UFC-Que Choisir révèle en effet que de nombreux produits à base de soja contiennent des isoflavones, un perturbateur endocrinien, en trop grande quantité.

Les produits à base de soja sont des perturbateurs endocriniens

Le soja, ainsi que tous les produits alimentaires qui en contiennent, font débat dans la communauté scientifique depuis des années. De nombreuses études ont prouvé le rôle de cette légumineuse dans le développement de certains cancers, en raison de la présence de molécules qui jouent le rôle de perturbateurs endocriniens, et les autorités sanitaires ont, à plusieurs reprises, émis des avis pour informer les consommateurs des risques qu’ils encourent en consommant trop de produits à base de soja. L’association UFC-Que Choisir s’est penchée sur le sujet pour connaître la teneur en isoflavones, la molécule incriminée, dans les produits du commerce, et les résultats sont inquiétants.

L’association de défense des consommateurs a mené une étude sur 55 aliments qui contiennent du soja. Parmi eux, le désormais traditionnel tofu, très apprécié par les personnes qui souhaitent limiter leur consommation en viande, mais également des produits dans lesquels on n’imagine pas trouver du soja, comme des boulettes de viande ou des nuggets de poulet.

Quelle quantité de soja consommer chaque jour ?

Les résultats de ces analyses ont montré qu’un seul verre de boisson au soja contenait près de 150% de la dose maximale d’isoflavones recommandée chaque jour, tandis qu’une poignée de graines de soja toastées pour apéritif contenait cinq fois cette dose établie par l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Dans les produits transformés à base de viande, dans lesquels le soja n’est pas l’ingrédient principal, la teneur en isoflavones peut également être tellement importante que les analyses ont montré une teneur équivalente à près de 70% du seuil toléré.

Pour l’association, il est plus que jamais indispensable de renforcer l’information autour des dangers du soja lorsqu’il est consommé en trop grande quantité. « Une consommation régulière expose ainsi les consommateurs à de forts dépassements équivalents à deux fois et demie la dose maximale admissible pour les adultes ou les enfants », explique l’UFC-Que Choisir qui recommande, par prudence, « de ne pas consommer plus d’une portion de produit à base de soja par jour ».