Des éleveurs de la Creuse vont inaugurer la première étable en forme de yourte

L'architecture au service du bien être animal

LA MONTAGNE ENTREPRENDRE - Publié le 03/04/2018 - Article de Virginie Mayet

Emmanuelle et Stéphane Poirier, éleveurs bio à Saint-Priest-la-Feuille, dans l'ouest de la Creuse,  recherchaient un bâtiment original, rond de préférence, pour améliorer le bien-être de leurs animaux et le leur. Ils ont construit une roundhouse,  un concept importé des Pays-Bas. C'est la première du genre en France. Elle sera visible le 12 avril.

Impossible de louper cette maison ronde ou rondhouse… Il ne s’agit ni d’une yourte géante, ni d’un chapiteau de cirque mais d’une étable d’une nouvelle forme. De nouvelle génération.
Emmanuelle et Stéphane Poirier ont fait ce choix audacieux pour y héberger leurs vaches et surtout leurs veaux de lait bio. Pour plusieurs raisons. Déjà, Emmanuelle explique qu’elle souhaitait un bâtiment rond pour améliorer son quotidien. « Avec ce système, un seul éleveur peut manipuler les limousines tout seul. Pour moi qui suis une femme, ça me change la vie. Je peux travailler seule et en toute sécurité. »
En effet, tous les éléments de manipulation et de contention sont intégrés. Ce bâtiment découpé en camemberts, permet aux animaux de circuler librement. De passer d’un parc à l’autre. L’équipement est entièrement modulable.

Les veaux de lait et les vaches se sentent  moins isolés

 

Pour les vaches, c’est l’amélioration de la qualité de vie qui est en jeu. Le concept de la roundhouse permet à l’air de circuler de manière homogène. Elle permet d’éviter l’humidité. De plus, « les animaux sont plus rassurés » car ils sont moins isolés, et tous côte à côte dans leur parc, toujours grâce à cette fameuse forme circulaire. Ce qui aide d’autant plus les éleveurs spécialisés en veau de lait sous la mère. « Je les fais ici. Je place les petits juste à côté des mères et des tantines laitières. Je gagne du temps, matin et soir, pour la tétée. » Dans l’ancien bâtiment, il fallait compter 1?h?30, deux heures pour la tétée, l’alimentation et le paillage contre trois quarts d’heure, une heure aujourd’hui. « C’est bien parce qu’on a une vie sociale. Et une famille?! »

 

Emmanuelle et Stéphane Poirier sont les premiers à se lancer en France.

La luminosité et ses bienfaits

Stéphanie souhaite aussi insister sur la luminosité. « J’ai presque l’impression d’être dehors. Et on le sait, les études le prouvent désormais, que la lumière est bénéfique pour l’élevage, notamment la croissance. »
Par contre, cette innovation a forcément un coût, d’autant plus que le système n’est pas encore très répandu en France. La maison ronde de 720 m2 a coûté la coquette somme de 192.000 euros tout compris, dont 44.000 euros de subvention. Mais face à l’enthousiasme du couple, leur choix risque de faire des émules…

Portes ouvertes. La ferme sera ouverte à la visite jeudi 12 avril, de 10 à 17 heures, à Saint-Priest-la-feuille, Gaec des Muriers, fléchage assuré depuis le bourg. Restauration sur place avec food truck, réservation : tél. 06.80.47.26.00.

Virginie Mayet