Chazette Spirit : l’apéritif 100 % bio et 100 % auvergnat

De l’eau et des plantes de la Margeride, une entreprise entre Clermont et le Cantal, même l’alcool est bio dans ce nouvel apéro : Chazette Spirit.

LA MONTAGNE - Article de Simon Antony publié le 27 avril 2018

Tout bio, tout nouveau. Un nouvel apéritif (ou digestif, c’est selon, mais on y reviendra) débarque dans nos verres. Chazette Spirit, c’est son nom. Léger, subtil, nuancé… et pourtant, 100 % bougnat.
Il faut se rendre dans la Margeride pour découvrir les racines de cet alcool. C’est ici, à 1.300 mètres, que coule la Chazette. Ce ruisseau nourrit à l’eau de source qui permet la fabrication de l’apéritif éponyme. Autour, des hectares de plantes sauvages (70 utilisées dans les 13 saveurs de la gamme) que possède la société 4M.

À la tête de l’entreprise, et à l’origine du projet, on retrouve un visage connu de l’économie locale : Pierre Vausselin. Président et fondateur d’Aroma Zone, « leader européen et peut-être mondial », selon ses propres dires, du cosmétique bio et à faire soi-même.

 


Bio de la production au traitement. C’est cette même logique que ce chimiste de formation a suivie pour son nouveau produit, Chazette Spirit. « Même l’alcool est bio. Les extraits de plantes sont récupérés trois heures après la cueillette pour garder toutes leurs propriétés médicinales, sans dépasser les 25 ou 30 degrés. » Voilà pour le côté chimie, mais quid du plaisir. Là, Pierre Vausselin est encore plus dithyrambique pour ce projet né il y a trois ans. « Très peu sucré donc vraiment hydratant. On peut le couper à l’eau sans perdre le goût des plantes. C’est un alcool d’afterwork, avec des glaçons, l’alcoolémie descend à deux ou trois degrés. »
Il faut reconnaître à l’apéritif d’être effectivement très peu sucré et désaltérant. « Plein de finesse et de vrai goût des plantes », selon Jean-Claude Leclerc, chef étoilé et ami de Pierre Vausselin, qui a cuisiné quelques plats à partir de Chazette Spirit pour le lancement officiel, jeudi dernier.


Pour le moment, 200 bouteilles ont été produites, disponibles sur le site. « Mais nous avons des stocks d’extraits et de quoi produire rapidement 100.000 bouteilles. » Pour l’instant, l’entreprise emploie cinq personnes, mais 100 % local, 100 % bio et 100 % apéro, les Auvergnats devraient se jeter dessus.

Simon Antony