Blé, maïs : coup de chaud sur les prix

Si vous partagez les valeurs du mouvement Ter Avenue pour « Bien manger » et « soutenir les meilleurs producteurs »

engagez-vous et participez gratuitement en vous inscrivant sur le site en cliquant ICI.

Manifestez aussi votre soutien sur Facebook. Nous avons besoin de vous pour continuer à « Cultiver la mémoire du goût »

 

Conséquences négatives pour les éleveurs et les consommateurs

France 2 France Télévision - Publié le 06/08/2018

En Europe, les prix du blé ont bondi de 35% à cause de la sécheresse et de la canicule.

Du blé grillé par le soleil, des terres asséchées et du maïs moribond. Un peu partout en Europe, à cause de la canicule et de la sécheresse, la récolte est mauvaise. La production baisse en Allemagne de 12%, en Suède de 44% et en Russie de 15 à 20%. Une pénurie qui fait flamber les prix : plus 22% pour le blé. Le prix du maïs, lui, a grimpé de 18% en moins de deux mois. Cette hausse des prix est paradoxalement bien accueillie par Alexis Patria, un céréalier français. Moins de blé produit à l'étranger signifie qu'il pourra vendre son blé plus cher. Depuis quatre ans, il vendait la tonne de blé aux alentours de 170 €, elle vient de repasser les 200 €.

Conséquences négatives pour les éleveurs et les consommateurs

Selon Didier Nedelec, de la société de conseil "offre et demande agricole", "les conséquences immédiates, sont d'abord l'augmentation du coût du fourrage pour les éleveurs". Il faudra donc que le prix de leurs produits, comme les produits laitiers ou la viande, montent afin de compenser cette augmentation. Mais si la flambée du prix du blé est importante, elle est encore loin d'être équivalente à celle de 2010, quand la tonne de blé avait atteint les 300 €.

Pour voir la vidéo, cliquez ICI