Bienvenue en Bourgogne Franche-Comté

Entre les producteurs de nos célèbres vins de Bourgogne et les fromagers Franc-Comtois, les produits locaux sont nombreux en Bourgogne Franche-Comté. Voici une sélection de leurs meilleures spécialités régionales.

Plats régionaux :

Les escargots

Une des spécialités phares de la Bourgogne Franche Comté sont les escargots de Bourgogne que nous pouvons aussi appeler les escargots à la bourguignonne.

Cette spécialité se compose simplement d’escargots sauvages et de beurre à l’ail persillé et se déguste principalement lors des repas de noël ou en famille.

L’espèce d’escargots que l’on mange sont des Hélix Pomatia qui viennent de la famille des Helicidae.

La potée comtoise

Son nom vient de son mode de préparation. En effet, traditionnellement, la potée comtoise se cuisinait dans un pot.

Les recettes peuvent varier mais on retrouve comme aliments de base un mélange de viandes fumées et de légumes. On y retrouve donc généralement de la palette, de la saucisse et du lard fumé. Pour accompagner ces viandes on peut ajouter des pommes de terre, du chou, des carottes, du navet ou du céleri.

Ce plat riche se consomme principalement en hiver et, traditionnellement, on le sert avec un bon vin régional !

Le poulet de Bresse aux morilles

Une spécialité à base de deux produits phares de la Franche-Comté : la volaille de Bresse et la morille.

La volaille de Bresse est reconnue pour sa qualité et son goût. Cette volaille fine possède une chaire moelleuse au goût persillé. Cette région est la seule à être dotée d’une volaille  labellisée AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) grâce à un savoir-faire unique. On la célèbre même lors des « glorieuses de Bresse », un concours où l’on classe les volailles de Bresse.

En ce qui concerne la morille, il s’agit d’un champignon que l’on récolte de mars à mai. La Franche-Comté est l’une des régions où l’on peut en trouver en grande quantité.  

Ce champignon de printemps se reconnait par sa forme. Il ressemble à une sorte d’éponge ou même à un nid d’abeilles.

On considère la morille comme un champignon de prestige grâce à sa qualité gustative mais aussi pour sa rareté.

Elle a aussi comme atout d’avoir une faible teneur en calories et une grande richesse en nutriments.

Pour revenir à notre spécialité, le poulet cuit avec des échalotes et de la farine. On y ajoute ensuite des Morilles et de la crème fraiche en fin de cuisson.   

Les fromages franche-comtois :

La cancoillotte

Une spécialité liée à l’histoire de cette région. Elle vient, en effet, d’une tradition populaire.

Une légende dit que cette spécialité est apparue pour ne pas jeter le lait trop rapidement caillé.

Le lait de la plaine Franche-Comtoise est principalement dédié à la fabrication de lait et de beurre. Le fromage est donc élaboré avec les restes de lait une fois que la crème a été retirée.

Le mont d’Or

Un fromage certifié AOP (Appellation d’Origine Contrôlée)

Le Mont d’Or est un fromage à pâte molle et à croute lavée. Cela signifie que lors de la préparation, il ne subit pas de chauffage ni de pressage. Cette technique permet d’obtenir une pâte onctueuse (voir même coulante) au bon goût prononcé.

Il peut se déguster à la cuillère aussi bien froid que chaud.

Le morbier

Ce fromage a obtenu le label AOP (Appellation d’Origine Protégée) en 2002.

Il a pour particularité d’avoir une fine couche de charbon noir au milieu de sa pâte. Ce trait noir serait le résultat d’une ancienne tradition fermière. En effet, le lait caillé était recouvert avec de la cendre pour que celui-ci ne s’abime pas. Quelques heures après, on recouvrait la cendre d’une deuxième couche de fromage frais. La technique de préparation est ce qui a donné au morbier sa ligne noire. Aujourd’hui, ce trait n’est plus que décoratif et n’est plus obtenu avec de la cendre mais avec du charbon végétal.

Le comté

Ce fromage a obtenu le label AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) en 1958 et le label AOP (Appellation d’Origine Protégée) en 1996.

Il s’agit d’un fromage au lait de vache à pâte pressée et cuite. Cela signifie que celui-ci est chauffé à environ 50 degrés dans le sérum avant le pressage du caillé. Cette technique permet d’éliminer un maximum de lactosérum.

Ce fromage est né lors des rudes hivers moyenâgeux. A l’époque, les hommes stockaient le lait en abondance pour pouvoir en profiter l’hiver. Sa texture sèche et dure permettait aussi de le transporter sur des grands voyages pour pouvoir les vendre.

Spécialités sucrées :

La griottine

De délicieuses griottes (types de cerises) que l’on fait macérer dans de la liqueur et du kirsch après les avoir dénoyautées.

Elles peuvent aussi bien se déguster en cocktail lors de l’apéritif ou en dessert. Elles ont la faculté de pouvoir accompagner de nombreux desserts.

Les grands chefs cuisiniers réalisent de nombreuses recettes salées ou sucrées à base de ces griottines.

La galette comtoise

Cette spécialité régionale est en réalité une variante de la galette des rois que l’on mange à l’occasion de l’épiphanie.

La galette comtoise est une pâtisserie à base de pâte à choux. Elle est aromatisée à la Fleur d’Oranger et peut s’agrémenter de pépites de chocolat.

Au XI°S, les chanoines ajoutaient une pièce d’argent dans le pain pour désigner le futur dirigeant. Peu à peu, le pain a été remplacé par cette recette considérée comme un pain amélioré. 

Le gâteau de ménage

Une spécialité qui se rapproche de la galette comtoise.

Elle est confectionnée avec une pâte briochée sucrée et riche en beurre. Certains gourmands rajoutent dans la préparation des fruits, du sucre ou encore des pépites de chocolat.

Traditionnellement, ce gâteau se mange lors des fêtes de fin d’année.

 

Et pour accompagner toutes ces bonnes choses, nous vous conseillons de goûter aux très bons vins de région. Mâcon, Chablis, Pinot, Chardonnais … Il y en a pour tous les goûts !

Et pour une consommation responsable, préparez ces petits plats avec des produits locaux. Retrouvez des producteurs de la Bourgogne Franche-Comté dans notre annuaire