Bien manger ou bien se nourrir: faut-il choisir ?

De nombreuses études portent sur l’alimentation des Français. Elles dévoilent les représentations, le budget, le temps consacré à l’alimentation selon les différentes populations, classées en fonction de leurs revenus et leur statut socioprofessionnel. S’attachant aux populations à faibles revenus, les conclusions de ces travaux incitent à mener une réflexion pour cibler les messages en considérant mieux le point de vue des personnes dont les choix alimentaires sont contraints.

Alors que l’on entend parfois parler d’une uniformisation des habitudes alimentaires, il semblerait que les différences sociales persistent. Elles se lisent dans la part consacrée à l’alimentation dans le budget des ménages, dans le choix des produits consommés ou encore dans l’appréciation de la qualité du « bon au goût » jusqu’aux signes de qualité (produits de marques, équitables, issus de l’agriculture biologique, etc.). Par ailleurs, les disparités sociales structurent les pratiques alimentaires (où et quand on mange, avec qui…), ainsi que les représentations associées à l’alimentation.

Pour en savoir plus cliquez ICI                

"Cultiver la mémoire du goût" participez en laissant un commentaire