9 ERREURS À ÉVITER QUAND VOUS FAITES UNE RACLETTE

Voulez vous le secret d'une raclette réussie ?

Quelle quantité de fromage prévoir, quelles charcuteries choisir, quels accompagnements préparer ? On fait le point sur les erreurs à éviter quand vous déguster une raclette, avec les conseils nutritifs et pratiques de Valérie Méry-Mandeville, diététicienne-nutritionniste.

 

Erreur 1 : limiter la quantité de fromage

 

Qui dit raclette ne doit pas dire culpabilité ! "On ne mange pas de la raclette tous les jours, on peut donc se permettre de déguster la quantité de fromage que l’on souhaite, sans s’en vouloir", rassure Valérie Méry-Mandeville, diététicienne-nutritionniste. "La raclette est lourde à digérer pour le foie mais comme ce plat reste exceptionnel, il n’aura pas de réelle répercussion sur votre poids. A condition de respecter une alimentation équilibrée et saine les autres jours de la semaine" poursuit la spécialiste. 
En pratique : Prévoir entre 100 et 200 grammes de fromage à raclette par personne. 
Bon à savoir : "La raclette reste un plat plaisir, qui permet de réconcilier tous les membres de la famille : les enfants aiment son côté 'pique-nique', et chaque adulte peut manger ce qu’il souhaite en fonction de ses besoins, que son appétit soit gros ou petit", souligne la diététicienne.

 

Erreur 2 : manger trop de pommes de terre

 

Si le fromage à raclette peut rester un plaisir non coupable, attention aux pommes de terre : "ce sont elles qui risquent de vous faire grossir" prévient Valérie Méry-Mandeville. 
Pourquoi ? "Le gras contenu dans le fromage à raclette consommé en excès ne sera quasiment pas stocké physiologiquement. En revanche, le sucre contenu dans les pommes de terre – de l’amidon transformé en glucose lors de la digestion – sera stocké sous forme de graisse", avertit la spécialiste. Les féculents (pâtes, riz, pommes de terre…) contiennent en effet beaucoup de glucides. "À titre d’exemple, une pomme de terre de la taille d’un œuf de poule contient environ 10 grammes de sucre", nous apprend la diététicienne. 
Résultat : Mieux vaut manger peu de pommes de terre et profiter du fromage. "Car le fromage contient des protéines et des graisses mais ni les unes ni les autres ne font réellement grossir alors que le sucre, si !" rappelle Valérie Méry-Mandeville. 
Comment bien cuire les pommes de terre ? Optez pour une cuisson des pommes de terre à la vapeur et avec leur peau. "De cette manière, leur indice glycémique* sera au plus bas, ce qui signifie que le sucre qu’elles contiennent sera moins vite assimilé dans l’organisme et sera donc moins stocké sous forme de graisse que lorsqu’elles sont cuites sans la peau", révèle la diététicienne. 
Pour les garder bien au chaud : Préparez les pommes de terre au dernier moment et maintenez-les dans une cocotte fermée pendant le repas.

 

Erreur 3 : oublier les crudités

 

Pour limiter la quantité de pommes de terre consommées pendant une raclette, misez sur les légumes et les crudités pour remplir l’assiette et équilibrer le menu. 
En pratique : "Prévoyez des crudités et des légumes telles que des champignons crus, des tomates, de la salade verte ou encore une salade de poivrons grillés", propose Valérie Méry-Mandeville.

 

Erreur 4 : lésiner sur la qualité du fromage

 

Le fromage industriel présente de moins bonnes qualités nutritives que le fromage artisanal. Ainsi, "le fromage à raclette vendu en barquette au supermarché est souvent fabriqué avec du lait provenant de vaches qui ont reçu des médicaments visant à augmenter leur production de lait, parfois jusqu’à une centaine de litres par jour. Et, comme elles produisent plus de lait, le rythme des traites est plus soutenu, ce qui augmente leur risque de mammites (une inflammation des mamelles) contre lesquelles les animaux vont recevoir des antibiotiques. Quand vous consommez ce type de lait et les fromages qui en sont issus, vous absorbez donc vous aussi ces médicaments", déplore Valérie Méry-Mandeville. 
En pratique : Tournez-vous vers le fromage affiné de manière artisanale, de préférence issu de l’agriculture biologique. "Le fromage artisanal et à plus forte raison le fromage biologique ne contiendra pas ou peu de médicaments. Les vaches laitières à l’origine de cet aliment n’auront produit qu’une trentaine de litres de lait par jour et n’auront pas reçu de traitements", précise la diététicienne.

 

Erreur 5 : choisir de la charcuterie trop grasse

 

Attention à bien choisir la charcuterie qui accompagnera votre raclette. 
A bannir : "Le salami ou le saucisson, qui présentent souvent des mauvaises qualités nutritionnelles et dont on peut difficilement enlever le gras", met en garde Valérie Méry-Mandeville. 
En pratique : "On choisira plutôt des tranches de viande des grisons, une charcuterie plus sèche qui contient moins de graisses saturées", propose la diététicienne. 
Quel jambon choisir ? "Limitez les tranches de jambon cru, une charcuterie souvent trop salée, et préférez plutôt des tranches de jambon pata negra, moins salé. Pensez aussi au jambon blanc ou au jambon de volaille, qui sont moins gras que le jambon cru. Dans tous les cas, privilégiez des charcuteries 'Label Rouge' pour bénéficier d’une meilleure qualité nutritionnelle", conseille la spécialiste. 
Et pour les végétariens ? "La plupart des végétariens se contenteront du fromage, qui contient des protéines, accompagné de légumes et de crudités", rassure Valérie Mery Mandeville. Une bonne idée toutefois pour un repas plus riche en protéines : "Ajouter au menu des œufs de caille (de préférence biologique) à faire cuire dans les poêlons avec le fromage" suggère-t-elle.

 

Erreur 6 : ne pas assez varier le fromage

 

Organiser une raclette est l’occasion de profiter du plaisir qu’apporte la dégustation du fromage fondu. N’hésitez pas à varier les goûts et les textures ! 
Pour le fromage à raclette : Une large variété de fromage à raclette existe : raclette fumée, au poivre, à la moutarde… Ne vous cantonnez pas au fromage le plus classique. 
Et pourquoi se limiter à la raclette ? En fonction de vos goûts, variez les expériences : morbier, bleu, roquefort, reblochon, fromage de chèvre… Proposez à vos convives plusieurs sortes de fromage pour le plus grand plaisir des papilles. "Pour les personnes souhaitant limiter leur consommation de produits à base de lait de vache, il est donc tout à fait possible de participer au repas avec des fromages de brebis ou de chèvre", souligne ainsi Valérie Méry-Mandeville.

 

Erreur 7 : racler le poêlon avec une fourchette

 

Pourquoi ? En raclant le poêlon pour ne pas perdre une miette de fromage fondu, vous risquez de rayer son revêtement antiadhésif. Comme pour les poêles de plus grand gabarit, un revêtement abîmé risque de relarguer les substances chimiques et potentiellement toxiques qu’il contient dans les aliments que vous ingérez. 
Comment faire ? Certaines marques fournissent des petites spatules individuelles en bois ou en plastiques. Utilisez sinon des couverts en bois ou en plastique épais pour faire glisser le fromage fondu dans votre assiette. 
Après utilisation : Faites tremper les poêlons dans l’eau chaude ou mettez-les au lave-vaisselle en lançant aussitôt un programme. Ne lavez pas vos poêlons avec le côté abrasif de votre éponge à vaisselle.

 

Erreur 8 : prévoir un dessert trop riche

 

Quel dessert après une raclette ? Oubliez le dessert trop riche type pâtisserie ou gâteau. "Misez plutôt sur une salade de fruits frais ou par exemple sur un carpaccio d’ananas au citron vert", propose Valérie Méry-Mandeville. 
Attention : "Des petites quantités suffiront car, en général, après une raclette, tout le monde est rassasié !" précise la diététicienne.

 

Erreur 9 : faire l’impasse sur l’infusion pour bien digérer

 

Après vous être régalé, pensez à boire une infusion de thym qui facilite la digestion ou une infusion du mélange menthe et boldo. En effet, "le boldo aide à digérer le gras car il favorise la sécrétion de bile, un liquide fabriqué par le foie qui favorise la digestion des lipides", nous explique Valérie Méry-Mandeville. 
Attention : "Etant donné que la raclette contient de nombreuses graisses, il n’est pas rare de souffrir de diarrhée le lendemain du repas", confie enfin la diététicienne.